ASPIC, Détectives de l’étrange

Publié le 16 octobre 2013 par Eyvie dans Coups de Crayons | 4 391 views

Bonjour à tous, aujourd’hui on va vous parler du 3e tome d’Aspic, une BD qui est sortie il y a maintenant un peu plus d’un mois. L’histoire se passe à Lille au XIXe Siècle. On se plonge dans une enquête qui mélange mystère et fantastique avec humour.
Petit aperçu :

Le célèbre détective Auguste Dupin, dont Flora Vernet fut l’apprentie, s’était fait une spécialité d’enquêter sur les phénomènes étranges et inexpliqués. Il était donc logique que pour leur première affaire en tant que détectives professionnels de la toute jeune Agence Aspic, créée par Hugo Beyle et Flora Vernet débute sur la disparition… d’un spectre !

Un premier dossier pas facile, mais les temps sont durs… Le client Ours-espiègle, un Indien attaché au cirque de Lille, a signalé la récente disparition de son frère jumeau, mort il y a plusieurs années par sa faute mais avec qui il entretenait de solides relations extralucides grâce à son bâton-totem.

Hugo et Flora se lancent donc à la recherche de Loup-Gris ou plutôt de son esprit, mais comment débuter cette enquête ?
Où diable se cache un fantôme quand il ne donne plus de nouvelles … ?
Comment débusquer un ectoplasme qui fait le mort ?!

La suite en interview !

AspicCouvT3

Pouvez-vous nous raconter votre parcours et comment vous avez fait vos débuts dans le monde de la BD ?

Jacques : J’ai fait une école de graphisme au Québec où il y avait quelques cours de dessins, mais j’ai surtout appris par moi même. Cela fait maintenant 25 ans que je travaille dans l’illustration. J’ai toujours été intéressé par la BD et j’ai régulièrement publié dans un magazine Québécois. J’ai commencé à travailler de façon plus professionnelle dans ce milieu en 2004 avec Les Druides.

Thierry : Pour ma part, j’ai fait un master d’histoire à Bordeaux 3 puis une licence de communication. Et lors de la naissance de ma fille, que j’ai eu très tôt, je me suis dis que j’allais être scénariste de bandes dessinées ! Je voulais montrer à ma fille qu’il était possible de faire ce que l’on avait envie et de lui raconter, dans 10 ans, mon parcours de façon plus passionné que si j’avais été professeur d’histoire ! J’ai toujours été lecteur de BD, mais je n’avais jusque là jamais écrit de scénarios. J’ai mis 5 ans avant de publier mon 1er script. Pendant ces 5 ans, j’envoyais 1 dossier tous les 2, 3 mois et bien sûr j’avais un travaille à côté. Ça n’a pas été évident.

Comment est né Aspic ?

Thierry : Dans ma 1er BD Le Codex Angélique, il existe un duo de flic qui m’a inspiré pour  Hugo et Flora. Comme c’était une BD assez sombre et que ces personnages secondaires avaient un aspect plutôt comique que j’aimais bien, j’ai décidé de leur créer une histoire. Je voulais y mettre de l’humour et y mêler du fantastique. Le 1er tome était rigoureux, puis c’est devenu de plus en plus drôle. Ensuite il a fallu trouver la tonalité qui s’adapte au dessin, ce qui n’est vraiment pas évident.

aspict encrage

Comment se passe la réalisation d’un tome d’Aspic ?

Thierry : Je travaille sur le script pendant environ 6 mois, je fais des recherches de décors, d’ambiance et autres références. Je travaille en parallèle sur 7 à 10 scripts chaque année. Je travaille un peu sur chacun tous les mois. Une fois que le script d’Aspic est finalisé, je m’occupe du découpage qui me prend 3 mois. On fait des échanges avec Jacques pour les cadrages. On s’accorde rapidement sur les différentes planches. On connait la façon de pensé de l’autre !

Jacques : Et je me lance dans la réalisation des planches en format A3 pendant 9 mois ! Crayonnés puis encrage au pinceau et à l’encre de chine. Pour une planche en Noir et Blanc, je mets 3-4 jours. Et pour la couleur à l’ordinateur, 1 ou 2 journée. Mais pour cet album, je ne m’en suis pas occupé.

Aspictigrecouleur

À travers Aspic y’a t-il un message que vous voulez faire passer ou un état d’esprit ?

Jacques : Pas vraiment… C’est plus dans un but divertissant. La narration de l’histoire tout simplement.

Thierry : Et puis un peu le côté féministe ! Beaucoup finissent par comprendre que finalement le personnage principal est Flora. À cette époque, il n’existait pas d’égalité entre les hommes et les femmes. Flora se bat pour cette égalité, c’est une chose que j’ai envie d’insuffler à mes lectrices. Et ça rend l’histoire bien plus intéressante !

Par curiosité, le surnaturel abordé dans Aspic, est-ce par pure fantaisie ou y croyez-vous ?

Jacques : Le surnaturel, disons que sans vraiment y croire, je me complais là-dedans.

Thierry : Pas du tout ! Je suis très terre à terre. Même si ma mère reçoit des gens pour les guérir avec ses mains !

Une BD que vous auriez lue récemment et que vous avez aimé ?

Jacques : Ces temps-ci, je suis plutôt sur des romans. J’ai un peu de rattrapage à faire côté BD.

Thierry : Atar Gull de Nuri et Bruno chez Delcourt, une adaptation d’Eugene Sue. Je dois en avoir d’autres de très bien dans mon sac, mais je ne les ai pas encore lu !

Pouvez-vous nous parler de vos projets actuels ou futurs ?

Jacques : Je vais me remettre à la série des Druides avant le tome 4 d’Aspic !

Thierry : Le tome 4 d’Aspic bien sûr, des scripts à droite à gauche. Puis j’ai une parution chez Casterman à venir et 5 albums historiques qui attendent de trouver leur dessinateur. J’ai 5 à 7 albums qui paraissent par an dont je suis l’auteur.

* La Fnac vous propose une dédicace de l’album Aspic au rayon BD *
Vite, vite, la photo !

jacquesthierry

Merci à eux pour cette rapide interview !
Et si quelques originaux vous tentent allez faire un tour sur le blog de Jacques.

trio

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire